Petit rappelle de ce qu'est la FFMC.

La FFMC

Depuis 1980, la Fédération française des motards en colère défend, sans corporatisme, la pratique du deux-roues motorisé. Dans un esprit de responsabilité et de solidarité, elle s’investit notamment pour le partage de la route, la sécurité routière ou encore le développement de la prévention et de la formation.

Les origines

Au début des années 80, dans une France en crise, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) est née d’une idée simple : les motards doivent se regrouper et travailler ensemble s’ils veulent que la sécurité routière, et la société plus généralement, se fasse avec eux, et non contre eux.

Face à la volonté du gouvernement de l’époque de “tuer” la moto par l’instauration d’une super-vignette, la politique des assureurs aux coûts exorbitants et l’absence de structure les défendant, les motards se regroupent dans des moto-clubs non officiels, en opposition franche à une politique voulant restreindre leurs libertés. Ils organisent des manifestations, et finalement se structurent en créant en 1980, au Havre, la Fédération Française des Motards en Colère.

 Un grand mouvement citoyen

Pendant plus de quinze ans, la FFMC va s’organiser et agir grâce à l’énergie de ses seuls bénévoles : refusant toute subvention de fonctionnement afin de préserver son indépendance, la FFMC et ses antennes départementales ne comptent que sur elles-mêmes - et les motards - pour mener à bien leurs actions.

En 1996, une étape est franchie avec la création d’une petite structure fédérale salariée. Ils sont aujourd’hui quatre à épauler des milliers de bénévoles, dans leur lutte pour une meilleure prise en compte des 2 et 3-roues motorisés dans les politiques de sécurité routière et dans le travail de lobbying auprès des élus locaux ou nationaux.

La FFMC compte aujourd’hui 86 antennes départementales et près de 10 000 adhérents ; et au-delà de la seule FFMC, ce sont 400 000 personnes qui entrent, directement ou non, au travers de l’ensemble du  Mouvement Motard, dans le champ d’action de la FFMC.

Fiers d’être en colère

Si les motards de 1980, tout comme ceux du début de ce XXIe siècle, sont et restent en colère, ils ne sont pas enfermés dans une colère vaine ou paralysante. Cette colère, depuis près de 40 ans, est le moteur de la FFMC dans toutes ses actions revendicatives : contre le coût des assurances, les vols de motos, la dégradation des infrastructures, la société de surveillance, etc.

La FFMC reste en colère contre les mesures arbitraires, électoralistes ou discriminatoires qui sont prises contre l’intérêt général (gestion des autoroutes, TVA sur les équipements de sécurité, formation au permis de conduire, etc.) et contre la perte de liberté des citoyens que nous sommes tous (loi surveillance, loi renseignement, fichier TES - titres électroniques sécurisés -, etc.)

Valeurs et statuts

L’objectif de la Fédération Française des Motards en Colère est de fédérer les usagers des deux roues et trois roues motorisés (du cyclo au gros cube), autour des valeurs qui ont motivé sa création et continuent de l’animer.

Elle agit pour développer la pratique des deux-roues motorisés ou engins assimilés. Elle défend, sans corporatisme, leurs utilisateurs en tant qu’usagers de la route et en tant que consommateurs. Elle agit pour sa sécurité et le partage de la route sur la base du développement de l’information, de la prévention et de la formation, pour faire prévaloir la connaissance et la prise de conscience plutôt que les mesures répressives.

Elle agit également pour promouvoir les valeurs de solidarité, d’égalité et de liberté, visant à permettre au plus grand nombre la pratique du deux ou trois roues motorisés (du cyclo au gros cube) dans un esprit de responsabilité et d’entraide.

Elle préserve son indépendance vis à vis de tout pouvoir, et rassemble les motards sans discrimination. Elle se prononce contre le racisme et tout ce qui tendrait à instaurer des discriminations, que ce soit l’origine ethnique, le niveau social, les choix politiques ou religieux, l’âge, le sexe ou les préférences sexuelles. Elle fonde son action sur la responsabilisation et la tolérance. Partie prenante du mouvement social, elle favorise l’intervention des motards en tant que citoyens.

Dans la continuité de ses valeurs, la FFMC se reconnaît dans le principe de l’économie sociale, qui place en son centre les individus et le fonctionnement démocratique, et où le profit n’est pas une finalité. Elle en soutient les fondements par ses actions et ses prises de position, par l’intermédiaire soit des instances de la Fédération, soit des structures qu’elle reconnaît comme appartenant au mouvement F.F.M.C.

Ses moyens d’action sont nombreux notamment : l’organisation de journées de prévention, affichage, tenue de réunion périodique, organisation de manifestations, de journées pédagogiques dans les colléges, balades…

La FFMC est à l’origine du Mouvement FFMC